Rencontre avec… Tino, illustrateur

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Rencontre avec… Tino, illustrateur

Être proche de nos clients, pour le cabinet Gestion & Strategies – Auditoria ça veut réellement dire quelque chose. C’est pourquoi, nous vous laissons régulièrement la parole.

Gestion & Stratégies Auditoria : Quels sont les avantages et les inconvénients d’être indépendant selon vous ?

Tino : Avant d’être indépendant, j’ai été Directeur Artistique dans une agence de publicité. Je venais de terminer mes études à l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg (CQFD : aujourd’hui la HEAR) et ce premier poste en agence a été formateur. Pendant près de 4 ans, j’ai pu acquérir une solide expérience. Néanmoins, si j’étais sur les bons rails, j’avais le goût de la liberté. C’est lui qui m’a poussé à devenir illustrateur indépendant.

Chaque jour, j’apprécie le contact direct avec mes clients tout autant que la maîtrise de mon temps et de mes projets. Jusqu’à présent, je n’ai vu que des avantages à ce statut.

Cependant, j’avoue avoir bénéficié d’un alignement parfait des planètes. J’ai lancé mon activité il y a 25 ans au moment où Internet arrivait. Juste après la reprise de mes études, j’ai surfé sur cette vague créative avec un DESS en images de synthèse en poche.

Pour autant, je n’occulte pas une partie de mon quotidien que je pourrais décrire comme ultra responsabilisant. Être indépendant, c’est porter une grande responsabilité : celle où tout doit fonctionner !

G&S A : Mais être indépendant, est-ce vraiment travailler seul ?

Tino : J’ai toujours travaillé en réseau dans une logique de gestion de projet. C’est d’ailleurs tout l’intérêt de faire appel à un indépendant : je suis en capacité d’adapter l’équipe qui m’entour pour proposer à mon client les meilleures compétences disponibles. En adaptant les compétences au projet, je remets l’humain au centre des échanges.

C’est d’ailleurs cette sensibilité qui m’a permis de réinterroger mon travail lorsque la crise sanitaire est arrivée. En 2020, j’ai opéré un recentrage vers plus de proximité. C’est ainsi que je réponds de plus en plus à des demandes de particuliers.

Pour les demandes d’entreprises, rien n’a vraiment changé même si l’activité est ralentie. Je propose des prestations complètes, le plus souvent en binôme avec Isabelle Manier. Nous partageons depuis plusieurs années un espace de travail au centre de Strasbourg.

G&S A : Avec plus de 25 ans d’expérience, quels conseils donneriez-vous à un.e indépendant.e qui hésite à se lancer ?

Tino : Je recommande d’avoir une première expérience dans une structure qui vous permette à la fois de compléter votre cursus post-bac ou universitaire et aussi de tester en conditions et en temps réel votre façon de travailler.

Il faut aussi que le statut d’indépendant résonne en vous comme une évidence de fonctionnement. Comme je l’expliquais plus haut, il faut répondre à un quotidien à un degré d’exigence qui s’applique à vos capacités de gestion, de prospection, de relation client, de suivi commercial. Même si, comme moi, vous aurez peut-être la chance d’intégrer une agence d’illustration, il faut savoir réintégrer une partie de la gestion commerciale quand le contexte l’exige. C’est ce que m’a appris la période que nous vivons depuis un an.

G&S A : Dans ce contexte, quel rôle joue Gestion & Stratégies à vos côtés ?

Tino : En apportant expertises et conseils, un cabinet comme Gestion & Stratégies me permet de rester concentré sur le cœur de mes compétences. Rapidement, j’ai appris à déléguer ce que je ne sais pas faire pour développer ce que j’ai réellement envie de faire.

Actuellement, je ressens un besoin de m’évader, d’explorer, de rencontrer. Pour m’éloigner de mon écran d’ordinateur derrière je passe l’essentiel de mon temps, je fais beaucoup de mobiles et de découpages par exemple.

G&S A : Que pouvons-nous vous souhaiter pour 2021 ?

Tino : Nous retrouver est évidemment mon premier souhait ! Je salue d’ailleurs à cette occasion, toutes celles et ceux qui se mobilisent à distance pour nous aider à traverser cette crise. Je pense notamment à l’association Central Vapeur. Depuis un an, le collectif met toute son énergie pour soutenir la filière de l’illustration avec des informations régulières et des conseils personnalisés.

En attendant, je reste à l’écoute des besoins en communication par l’illustration des entreprises et des envies des particuliers de mettre un peu de légèreté dans un quotidien qui en manque parfois.

Retrouvez tout l’univers de Tinoland : https://www.tinoland.com / https://www.instagram.com/tino_illustration/

 

Retrouvez l’ensemble de nos articles dédiés aux indépendant.e.s dans la rubrique « Notre actualité » !

#TOURISME "Mon activité est malmenée, quelles clés pour aller de l'avant ?"