Entretiens professionnels : le délai fixé au 31 décembre se rapproche !

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Entretiens professionnels : le délai fixé au 31 décembre se rapproche !

« Entretien professionnel », « Entretien d’état des lieux », « entretien annuel d’évaluation »… De quoi parle-t-on au juste ? Et qu’en est-il du délai supplémentaire fixé au 31 décembre 2020 ? Ensemble, faisons le tour de la question !

Quelles sont mes obligations en matière d’entretiens professionnels ?

Tous les deux ans, en tant qu’employeur, vous devez recevoir vos salariés dans le cadre d’un entretien professionnel. Ce rendez-vous permet d’envisager avec chacun d’entre eux, leurs missions au sein de votre structure. Évolution, qualification, formation associés… tous ces points sont l’occasion de faire avec eux un tour d’horizon de leurs perspectives d’avenir.

Le saviez-vous ? Tous les six ans, cet entretien professionnel prend la forme d’un bilan approfondi, appelé « entretien professionnel d‘état des lieux » (loi du 5 mars 2014). Quelle est la différence entre les deux ? Le bilan approfondi récapitule le parcours professionnel du salarié. Il s’agit d’une sorte d’état des lieux servant à vérifier que le salarié a bénéficié des entretiens professionnels prévus, ainsi qu’au moins d’une action de formation.

Pour les salariés déjà en poste lors de la publication de la loi du 5 mars 2014, les employeurs avaient jusqu’au 7 mars 2020 pour effectuer ce bilan approfondi. Avec l’épidémie de Coronavirus, vous bénéficiez d’un délai supplémentaire fixé au 31 décembre 2020 pour le réaliser. Ne manquez pas ce rendez-vous !

Bon à savoir : l’entretien professionnel s’adresse aux salariés qui ont deux ans d’ancienneté.

Quelles différences avec l’entretien annuel ?

Attention, l’entretien professionnel ne doit pas être confondu avec l’entretien annuel, également appelé entretien d’évaluation ! Ce dernier, organisé sur décision de l’employeur car non obligatoire légalement, se concentre sur le bilan de l’année écoulée & son évaluation : missions et activités réalisées au regard des objectifs fixés, difficultés rencontrées, axes de progrès, nouveaux objectifs professionnels pour l’année à venir et moyens de formation pour y parvenir.

Quels risques encourus en cas de manquement aux entretiens professionnels ?

Dans les entreprises d’au moins 50 salariés, lorsqu’au cours des six ans, le salarié n’a pas bénéficié des entretiens professionnels et d’au moins une formation non obligatoire, l’employeur doit verser sur son compte personnel de formation (CPF) un abondement correctif de 3 000 euros.

A noter que vous devez pouvoir justifier de la tenue de ces entretiens professionnels. Dès 2021, reportez-vous aux dispositions de la loi Avenir professionnel votée en 2018 qui précise les justifications à apporter en matière d’entretiens professionnels.

Retrouvez notre dernier article publié : Gestion & Stratégies lance sa web-série sur la création d’entreprise.

Crédit photo : Marten Newhall / Unsplash.

#TOURISME "Mon activité est malmenée, quelles clés pour aller de l'avant ?"