Travailleurs non-salariés : votre retraite aussi se prépare !

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Une retraite, ça se prépare ! Les travailleurs non-salariés (TNS) – entrepreneurs individuels, gérants majoritaires, président de SAS … – n’anticipent pas suffisamment leur départ à la retraite, tout comme ils sous-estiment l’importance d’une solide prévoyance. Pourtant, des outils existent.

Les dirigeants TNS cotisent pour la retraite de base à la sécurité sociale des indépendants (ancien RSI) ou à la CnavPL.

Si les salariés touchent une pension de vieillesse équivalente en moyenne à 70 % de leur dernière rémunération, le pourcentage tombe à 50 %, voire à 40 % pour les travailleurs non-salariés. En effet, durant leur carrière, les non-salariés cotisent en moyenne moins à la retraite (environ 15% de taux de cotisations vieillesse) que les salariés (environ 28%). En cotisant moins, nécessairement, les TNS s’ouvrent moins de droits. Cette situation reste mal comprise des chefs d’entreprise, qui s’inquiètent le plus souvent de leur retraite, bien trop tard, après la quarantaine…

Pourtant, s’ils veulent maintenir leur niveau de vie à la retraite, les TNS ont intérêt à se constituer un complément de revenu qui viendra s’ajouter à leurs pensions obligatoires. Il ne faut pas attendre le dernier moment pour se lancer. Une retraite, ça se prépare !

Dans cette perspective, les contrats de retraite Madelin constituent une sorte de solution idéale. Réservé aux TNS, ce placement propose un complément de revenus à l’âge légal de la retraite ou après avoir fait valoir ses droits à la retraite. Le contrat se dénoue sous forme de rente viagère, ou sous forme de capital.

Si l’épargne est bloquée jusqu’au départ à la retraite, un avantage fiscal est octroyé à l’entrée, puisque les cotisations sont déductibles, dans une certaine mesure, des revenus imposables.

Attention pour autant : si les cotisations sont déductibles des revenus imposables, les rentes sont quant à elles intégrées aux revenus à déclarer. La fiscalité est donc à prendre en compte lors de la projection des besoins au moment de la retraite.

Si préparer sa retraite revêt une importance majeure pour le dirigeant d’entreprise non salarié, il est un autre point souvent négligé, la prévoyance. Les chefs d’entreprise non-salariés doivent, contrairement aux salariés, se protéger eux-mêmes : une mauvaise prévoyance peut pénaliser leurs proches et l’entreprise.

Il s’agit donc d’opter pour un contrat de prévoyance qui couvre les entrepreneurs en cas d’arrêt de travail, d’invalidité et de décès pour toucher des indemnités journalières, ainsi que des rentes dédiées au conjoint ou destinée à l’éducation des enfants.

Pour toutes ces questions patrimoniales relatives à l’anticipation de votre retraite et à la protection de vos proches, nos équipes Gestion & Stratégies sont à vos côtés pour vous conseiller et vous accompagner.