Formation aux premiers secours : quel est le rôle du Sauveteur Secouriste du Travail ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Formation aux premiers secours : quel est le rôle du Sauveteur Secouriste du Travail ?

Une loi vient d’être adoptée en seconde lecture à l’Assemblée Nationale : elle vise à créer un statut de « citoyen sauveteur ». Son objectif est de sensibiliser la population aux gestes qui sauvent et de lutter contre les arrêts cardiaques qui provoquent, chaque année, entre 40 000 et 50 000 morts. Lors d’une intervention, ce nouveau statut protègerait le « citoyen sauveteur », notamment en atténuant sa responsabilité civile. En attendant sa promulgation, cette actualité est l’occasion de rappeler le rôle du Sauveteur Secouriste du Travail dans l’entreprise (SST).

Qu’est-ce qu’un Sauveteur Secouriste du Travail (SST) ?

Le Sauveteur Secouriste du Travail (SST) est un salarié, préalablement formé, dont le rôle est de porter les premiers secours en cas de malaise ou d’accident du travail. Dans cette situation, c’est lui qui alertera les premiers secours et leur dressera un bilan.

Sur délégation de l’employeur, il rappelle également les bonnes pratiques en matière d’hygiène et de sécurité au travail.

Sa présence est-elle obligatoire ?

L’article R4224-15 du Code du travail précise que la présence d’un SST est nécessaire dans deux cas précis :

  • Dans les ateliers où sont accomplis des travaux dangereux,
  • Sur les chantiers employant vingt travailleurs au moins pendant plus de quinze jours où sont réalisés des travaux dangereux.

Dans tous les autres cas, si la formation d’un SST n’est pas obligatoire, l’employeur peut se tourner vers le médecin du travail pour évaluer les besoins liés à son entreprise. En effet, en France, l’employeur est tenu de veiller à la santé et à la sécurité de ses salariés. C’est pourquoi, en tant qu’employeur, vous devez répondre de votre obligation de formation (article L4141-2) et prioritairement vers les quatre publics de salariés ciblés par le Code du travail :

« L’employeur organise une formation pratique et appropriée à la sécurité au bénéfice :
1° Des travailleurs qu’il embauche ;
2° Des travailleurs qui changent de poste de travail ou de technique ;
3° Des salariés temporaires, à l’exception de ceux auxquels il est fait appel en vue de l’exécution de travaux urgents nécessités par des mesures de sécurité et déjà dotés de la qualification nécessaire à cette intervention ;
4° A la demande du médecin du travail, des travailleurs qui reprennent leur activité après un arrêt de travail d’une durée d’au moins vingt et un jours. »

Quelles sont les autres obligations de l’employeur en matière de santé et de sécurité au travail ?

Cette question de la sécurité au travail ne touche pas qu’à la sécurité physique des salariés. En effet, saviez-vous que l’employeur doit également assurer la sécurité mentale de ses employés ?

Par exemple, en matière de harcèlement, même si les faits de harcèlement sont liés au comportement d’un salarié, l’employeur verra sa responsabilité engagée.

C’est pourquoi, sur tous ces aspects de la sécurité et de la santé au travail, si vous ne mettez pas en œuvre des mesures de prévention concrètes, vous pourrez être tenu responsable.

Pour y pallier, deux types d’actions peuvent être mises en place dans votre structure :

  • Des actions de prévention,
  • Des actions d’information et de formation.

Enfin, veillez à tenir à jour votre Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels (DU ou DUERP) qui est le rendu écrit de l’évaluation des risques qui existent dans l’entreprise. Imposé par le Code du travail (article R4121-1), il doit être porté à la connaissance de tous et accessible facilement.

La santé au travail vous préoccupe et vous avez des questions relatives à vos olbigations ? Contactez-nous !

 

#TOURISME "Mon activité est malmenée, quelles clés pour aller de l'avant ?"