La pollution numérique : un enjeu majeur pour les entreprises. 

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

La pollution numérique : un enjeu majeur pour les entreprises. 

Aujourd’hui, nous sommes 7.8 milliards sur terre dont 4.9 milliards connectés. C’est environ 60 % de la population qui a accès à Internet et contribue à la propagation de la pollution numérique. Elle peut se traduire par les envois d’e-mail, la sauvegarde d’un fichier sur un drive ou d’un rendez-vous par visioconférence. Ces gestes, réalisés au quotidien dans les entreprises, engendrent une pollution invisible mais bien réelle. Certes la technologie et son avancement permettent le développent des entreprises, mais à quel prix ? La généralisation des usages numériques sème gaz à effet de serre, pollution chimique et production de déchets. Pour lutter contre ce problème qui est trop peu pris en compte dans les entreprises, voici des mesures simples à adopter au sein de votre structure. 

1 – Les envois d’e-mail.

La principale cause de la pollution numérique est bien évidemment les envois d’e-mail. Ces messages électroniques sont envoyés chaque jour par des milliers de salariés. En France, on estime qu’un salarié envoie ou reçoit plus de 120 mails par jour. C’est l’équivalent d’un trajet de 1000 km. Or, la plupart du temps les e-mails peuvent être évités. En effet, en moyenne, 7 e-mails sur 10 et 2/3 des newsletters ne seront jamais ouverts ! 

Bon à savoir : le site Cleanfox vous permettra de vous désabonner de vos newsletters facilement.

Voici 3 astuces, pour aider vos équipes à réduire leur impact numérique :

  • Sensibiliser le personnel de votre entreprise sur les effets néfastes des envois de mail. Rappeler que le tri des newsletters qu’on ne suit pas est indispensable et s’y désabonner aussi. Souligner le fait de supprimer les anciens mails qu’on ne lira plus jamais est bon pour notre planète.
  • Mettre en place un réseau social d’entreprise ou une messagerie interne. Une solution pour réduire les  effets de nos communications sur l’environnement qui permet de communiquer qu’une seule fois aux yeux de tous et d’éviter de multiplier les e-mails ainsi que les destinataires.
  • Favoriser les réunions physiques et ne pas communiquer exclusivement derrière son écran pour renforcer vos liens et votre communication interne.  

2- Prolonger la vie de votre matériel.

La pollution numérique ne s’arrête pas à l’envoi d’e-mail. D’autres causes sont également la source de la pollution comme les ordinateurs. Cet objet présent dans toute entreprise est un important consommateur d’énergie. Il est donc conseillé d’utiliser des ordinateurs portables – ou bien des tablettes- moins gourmands en énergie.

Encouragée par les politiques publiques, la sobriété numérique deviendra bientôt obligatoire dans toutes les structures. L’achat d’appareils électroniques reconditionnés au profit d’appareils neufs garantit une baisse de la consommation de CO2. Ordinateurs portables ou fixes, téléphones professionnels ou tablettes entrent dans une démarche écoresponsable avec des prix beaucoup plus attractifs.

De nombreux appareils sont mis dans un coin suite à de légers disfonctionnements. Faire appel à des réparateurs présents sur le marché de l’électronique coûtera beaucoup moins chères que d’acheter un appareil tout neuf. 

Bon à savoir : Un site internet vous permet de vérifier l’indice de réparabilité de vos appareils : https://www.indicereparabilite.fr/ 

3 – Une navigation et un stockage plus responsables.

La navigation sur le web a de fortes répercussions sur l’environnement pourtant cela semble être une pratique anodine. Des data centers tournent en continu et rejettent du CO2 dû à notre manière de naviguer sur internet. Des actions simples peuvent être mises en place comme : 

  • ajouter des favoris pour les sites fréquentés quotidiennement ; 
  • fermer les pages non-consultées pour éviter la surconsommation d’énergie.

Bon à savoir : Optez pour un moteur de recherche plus responsable comme ecosia qui utilise les bénéfices générés par les recherches en ligne pour planter des arbres.

Le stockage d’information en ligne est devenu indispensable pour les entreprises, mais ce procédé a un effet néfaste sur l’environnement. Pour diminuer l’impact des data centers en activité permanente pour héberger toutes ces informations, l’utilisation de disque dur ou de clés USB est recommandée. 

 Crédit photo : MicroStockHub.

Gestion & Stratégies Auditoria
X Welcome To The Jungle

Pour accompagner notre développement nous avons rejoint la plateforme Welcome To The Jungle pour partager nos métiers, nos valeurs et nos environnements de travail. Pour tout savoir sur notre activité et nos opportunités, rendez-vous sur :

#TOURISME "Mon activité est malmenée, quelles clés pour aller de l'avant ?"