Rencontre spéciale déconfinement avec… Armand Boaro, Orpi.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp

Rencontre spéciale déconfinement avec… Armand Boaro, Gérant de l’agence Orpi à Maizières-lès-Metz.

Etre proche de nos clients, pour le cabinet Gestion & Stratégies – Auditoria ça veut réellement dire quelque chose. C’est pourquoi, nous vous laissons régulièrement la parole.

Gestion & Stratégies : Vous êtes à la tête de l’agence ORPI de Maizières-lès-Metz, quel parcours vous a conduit jusque-là ?

Armand Boaro : Après 18 années passées dans le secteur de l’agro-agroalimentaire à des postes clés, jusqu’à celui de Directeur des ventes, j’ai été licencié en 2005. Créer mon entreprise a été une façon évidente de rebondir, de me reconnecter à la fois au monde du travail et à ma vie de famille. J’étais alors basé professionnellement à Paris et je suis revenu en Lorraine avec le projet de créer une agence Orpi, en lien avec l’aspiration professionnelle de ma fille qui était en BTS. Depuis toute petite, elle voulait travailler dans l’immobilier. Aujourd’hui, mon fils a rejoint également l’entreprise que l’on peut définir comme familiale. Quant à moi, je m’épanouis dans un secteur certes différent mais cohérent avec mon cœur de compétences, la vente.

G&S : Le secteur de l’immobilier est très sensible aux crises. Comment jugez-vous celle-ci ?

AB : Nous traversons une crise très sérieuse, notamment parce que nous manquons de visibilité. Le métier que nous exerçons se tend : d’un côté les professionnels, tels que ORPI, et les mandataires en immobilier aux méthodes parfois agressives. A cela s’ajoute la période de confinement. Elle a accentué les ventes par bouche-à-oreille dans la mesure où les gens ont eu du temps pour se parler entre voisins et redécouvrir leur quartier. Nous observons également un inévitable coup de frein et le report de plusieurs projets.

G&S : Après le confinement, 8 cadres sur 10 aimeraient quitter Paris pour une meilleure qualité de vie. Quels seraient vos arguments pour qu’ils viennent (re)vivre en Lorraine ?

AB : Il est certain que ceux qui viendront s’installer ici bénéficieront d’une meilleure qualité de vie. Cependant, pour que leur projet soit envisageable, il dépend de la dynamique de l’emploi et des biens immobiliers disponibles sur le marché. Force est de constater que ces derniers se raréfient. Quant à l’emploi, si nous pouvons compter sur le marché luxembourgeois, il est bon de rappeler que Metz est à seulement 1h de Paris en TGV ce qui constitue un réel avantage !

G&S : Et pour vous, l’après-confinement, à quoi ressemble-t-il ?

AB : C’est une question difficile dans la mesure où nous sommes en position d’observateur. Comment les gros acteurs du territoire résisteront-ils ? Est-ce qu’il y aura des plans de licenciement ? A la fois nous craignons l’effet en cascade et en même temps nous sommes optimistes. La crise permettra aux professionnels de tirer leur épingle du jeu. Les clients verront à qui ils peuvent faire confiance. C’est pourquoi, afin de renforcer l’image positive de l’agence et de la diffuser, nous accueillons dans l’équipe une Community Manager ainsi que deux autres nouveaux talents. Investir dans notre capital humain est un pari. Nous allons le relever.

G&S : Dans ce contexte, quel rôle joue G&S à vos côtés ?

JS : Gestion & Stratégies joue un rôle de conseil et d’accompagnement. Sur le volet comptable mais pas seulement : le cabinet répond également à mes questions en matière de Ressources Humaines.

G&S : En cette période de rentrée, si vous deviez vous lancer un défi, lequel serait-il ?

AB : Sans surprise, en tant que chef d’entreprise, ma priorité est de maintenir l’équilibre financier de l’agence. Ensuite, c’est de passer cette période trouble en confiance, en donnant du relief à mon entreprise et en communiquant tout son sérieux et son savoir-faire.

Découvrez notre précédent portrait : Roger Sengel, Président de l’UMIH 67.

 

#TOURISME "Mon activité est malmenée, quelles clés pour aller de l'avant ?"